Regard actualisé sur la gestion des investissements passive et active

Regard actualisé sur la gestion des investissements passive et active

Dessin Ron - Final

Ronald L.Mayers

Premier Vice-président, Gestion de patrimoine

Ron.Mayers@bluebridge.ca

Nous croyons que les récentes baisses qui ont eu lieu sur les marchés boursiers mondiaux constituent une bonne occasion de relancer le débat sur les fonds actifs et passifs. Commençons par définir ces termes. L’investissement actif se fait au moyen de gestionnaires de portefeuille qui fondent leur stratégie sur leur évaluation de chaque investissement dans leur portefeuille. En règle générale, leur objectif consiste à obtenir un rendement supérieur à leur point de référence. Celui-ci prend généralement la forme d’un indice qui ressemble à leur stratégie. Par exemple, un gestionnaire d’actions américaines actives à long terme serait susceptible d’employer l’indice S&P 500 comme point de référence. Un investisseur passif, quant à lui, souhaite égaler, et non dépasser, le rendement du marché choisi. Les investisseurs passifs investissent généralement dans un fonds indiciel ou un fonds négocié en bourse, comme iSharesMD.

Investissements passifs : quels arguments avancés ?

Voici les deux arguments que l’on entend le plus souvent en faveur des investissements passifs :

  1. Ce type d’investissement est moins cher, car les investissements actifs sont accompagnés de frais de gestion du portefeuille.
  2. Au fil du temps, les investissements passifs obtiendront un meilleur rendement, car personne ne peut battre systématiquement le marché.

Je me souviens d’une diapositive dans une présentation pour investisseurs qui indiquait qu’en 2017, seulement 28 % des gestionnaires de portefeuille actifs avaient obtenu un meilleur rendement que l’indice S&P après la déduction des frais. Mon étonnement s’est atténué lorsque je me suis rendu compte que ce ne sont pas tous les gestionnaires qui cherchent à surpasser l’indice S&P et qu’il existe des programmes de gestion de placements « de premier ordre » comme celui de Blue Bridge qui sont conçus pour trouver les gestionnaires qui dépassent constamment leurs points de référence.

Plus important encore, la stratégie d’un conseiller comme Blue Bridge consiste à générer un rendement adapté au risque constant et prévisible en investissant dans des gestionnaires de portefeuille de premier ordre parmi toute la gamme de stratégies d’investissement. Il suffit d’examiner le rendement annuel d’un indice général comme le Dow Jones ou S&P pour constater qu’il y a des bonnes et des mauvaises années. Il ne s’agit pas d’une stratégie appropriée pour ceux et celles qui recherchent un rendement annuel stable.

En période de fluctuation, votre portefeuille peut-il contenir des investissements passifs ?

La période actuelle est propice aux discussions sur ce sujet, car la plupart des indicateurs dénotent un marché des actions à la baisse et un cours des obligations défavorables en raison de la hausse des taux d’intérêt. Le rendement de nombreuses stratégies d’actions gérées de façon passive (et l’enthousiasme qu’elles ont généré) au cours de la dernière décennie est en grande partie attribuable aux taux d’intérêt peu élevés maintenus par le gouvernement. Mais cet « encouragement » artificiel a pris fin. Voici une précision importante : en 2017, une étude réalisée par Morgan Stanley[i] a révélé qu’au cours des deux dernières décennies, les gestionnaires du premier quartile ont obtenu des résultats considérablement supérieurs à leur point de référence lorsque le marché était en baisse.

Mais comme les marchés fluctuent sans cesse, votre portefeuille peut-il contenir des investissements passifs ? Nous croyons qu’une stratégie de gestion active à long terme peut être renforcée au moyen d’une stratégie passive tactique en vue de tirer parti des possibilités inattendues qui peuvent survenir. Cependant, un rendement constant ajusté pour le risque peut être plus facilement obtenu au moyen de portefeuilles gérés de façon active.

 

[i] https://www.morganstanley.com/ideas/active-management-2017