Garder le cap

Garder le cap

Julia 3

Julia Ainsworth, Directrice adjointe, Investissements

julia.ainsworth@bluebridge.ca

Une expression anglaise dit que « si mars commence en lion, il finit comme un mouton » ou « s’il commence en mouton, il finit comme un lion ». Cette expression fait évidemment référence aux conditions météorologiques, le lion représentant le mauvais temps et le mouton un temps clément. Nous aimons croire qu’elle s’appliquera également aux marchés financiers, car le début du mois a incontestablement été violent et bien éloigné d’une quelconque douceur. Cependant, même si cette expression se révélait vraie pour ce mois de mars, il est probable que le niveau élevé d’incertitude et de volatilité persistera durant plusieurs mois.

Bien que les marchés financiers aient réagis de manière extrême à la pandémie, il y a évidemment des raisons de s’inquiéter de l’économie mondiale. Les implications généralisées pour les particuliers et les entreprises sont indéniables et il est probable qu’il faudra un certain temps pour rétablir la confiance. Inutile d’aller bien loin pour ressentir l’inquiétude de votre entourage — votre voisin qui possède une petite entreprise, votre ami qui travaille à son compte, vos parents âgés qui se sentent vulnérables et vivent isolés…

Nous pouvons trouver du réconfort dans les actions des gouvernements du monde entier qui déploient d’importantes mesures de secours pour soutenir les travailleurs et les économies. Les banques centrales mondiales déploient toute leur énergie pour tenter d’apporter des liquidités aux entreprises et de la confiance aux marchés. Les détails et l’efficacité de la mise en œuvre restent à voir dans les jours et les semaines à venir, mais il est néanmoins encourageant de constater des efforts aussi sérieux pour tenter d’atténuer les effets de la pandémie.

Les investisseurs souhaitant se désister et se dissimuler n’ont que peu d’options à un moment où la plupart des classes d’actifs encaissent des coups. Les obligations d’État ont offert une certaine protection, mais pas autant qu’on pouvait s’y attendre. Les obligations de sociétés sont confrontées au risque de crédit et à ce titre, même les entreprises de haute qualité sont jugées trop risquées. L’or a offert une certaine protection, mais il est arrivé qu’il se vende en même temps que les actions. L’argent liquide est généralement un choix évident comme valeur refuge (en particulier le dollar américain, le franc suisse et le yen japonais), mais il comporte des risques liés au change qui peuvent avoir une incidence importante sur les rendements. A titre d’exemple, la valeur du dollar américain a considérablement augmenté cette année, mais  la tendance pourrait s’inverser, entraînant des pertes essentiellement ressenties par les investisseurs non américains. En outre, pour investir en espèces, il faut savoir quand réinvestir et ne pas rater la reprise. Plus facile à dire qu’à faire… Les investissements alternatifs sont relativement protégés du sentiment d’anxiété des investisseurs à l’origine des grandes fluctuations des marchés boursiers. Le temps venu, ils commenceront certainement à ressentir les conséquences d’une économie plus faible.

Dans ce contexte, Blue Bridge n’est pas à l’abri des difficultés liées aux décisions d’investissement. Cependant, nous avons construit des portefeuilles bien diversifiés, composés de gestionnaires ayant développé des processus d’investissement qui possèdent la souplesse nécessaire pour agir de manière opportune.

Nos gestionnaires d’actions et de titres à revenu fixe ne pouvaient certainement pas anticiper une pandémie et ils n’échappent pas aux conséquences. Cependant, le fait qu’ils se soient efforcés d’investir dans des titres de haute qualité devrait s’avérer payant lorsque les marchés commenceront à faire la différence entre la haute et la basse qualité. Ils travaillent sans relâche pour obtenir le profil de risque le plus efficace possible et être ainsi bien positionnés pour saisir les opportunités qui se présenteront à l’avenir. Nos gestionnaires d’investissements alternatifs se préparent aux conséquences économiques qui seront certainement ressenties par leurs actifs sous-jacents, mais ils sont peu affectés par les craintes des marchés publics.

Nous continuons à nous tenir informés au travers du flux constant d’informations afin de nous assurer que nos portefeuilles sont structurés de manière appropriée. Nous avons augmenté la fréquence de nos discussions sur la gestion pour que nos réflexions soient aussi mesurées que possible. Il est fort possible que nous ajustions nos répartitions dans un avenir proche, mais tout changement devrait être modéré et servir à exploiter une opportunité ou à optimiser la préservation du capital.