Comment investir en période de crise ? Faire preuve de sagesse et oublier la spéculation.

Comment investir en période de crise ? Faire preuve de sagesse et oublier la spéculation.

Julia 3

Julia Ainsworth, Directrice adjointe, Investissements

julia.ainsworth@bluebridge.ca

C’est la seconde crise majeure à laquelle je suis confrontée depuis que j’ai rejoint le secteur financier.

2008 nous avait donné une bonne perspective en nous confrontant à la plus grande récession mondiale connue depuis la Grande Dépression.

Il est possible que les souvenirs se soient estompés avec le temps. Cette fois la situation est beaucoup plus chargée émotionnellement. Impossible d’échapper à ce sentiment d’incertitude permanent. Chaque fois que nous nous rendons à l’épicerie, chaque fois que nous empêchons nos enfants de jouer avec les autres, chaque fois que nous entendons parler des défis auxquels le système de santé est confronté, nous sommes déstabilisés. Un climat de tension imprègne tous les aspects de notre vie.

Cette crise se différencie par le fait que son origine est un virus. Il ne s’agit pas d’un élément faillible du système financier pouvant être corrigé, ni de tensions géopolitiques pouvant être négociées, ni même d’un problème qui pourrait être atténué par des réglementations ou des politiques gouvernementales. Dans le passé, savoir que la solution reposait sur des actions humaines procurait un point d’ancrage émotionnel. Dans le cas d’un virus, la voie à suivre s’avère plus floue.

L’absence d’ancrage est un défi pour les marchés financiers. L’incertitude n’est certes pas étrangère aux marchés — c’est une constante, en réalité — mais l’émotion générée par la pandémie a causé des dégâts et continuera probablement à le faire. Cette situation peut entrainer la prise de décisions sous le coup d’émotions fortes, ce qui pourrait s’avérer dangereux et ouvrir la porte à des comportements d’investissements spéculatifs.

En qualité d’investisseurs professionnels, nous sommes fréquemment invités à nous prononcer sur le moment opportun pour investir, et tout particulièrement actuellement. Rappelons-nous de la célèbre citation de Warren Buffet: « Soyez craintif quand les autres sont avides et avide quand les autres sont craintifs ». Bien qu’il y ait de la sagesse dans ces paroles, et que l’idée soit conforme à la règle classique d’investissement qui consiste à acheter en baisse et vendre en hausse, elle ne doit pas servir à excuser des investissements imprudents sur les marchés baissiers. Il demeure essentiel d’évaluer correctement tout investissement. Cela s’avère parfaitement exact dans le contexte actuel dont découlera certainement un choc économique à court terme pour toutes les entreprises, étant donné qu’une grande partie de l’économie mondiale a été gelée. L’impact est inévitable.

Bon nombre des gestionnaires de portefeuille que nous avons sélectionnés voient l’opportunité d’acquérir des actions de sociétés de qualité dont les facteurs économiques fondamentaux sont solides et qui étaient auparavant surévaluées. Étant donné que peu d’entreprises ont été épargnées par la chute du prix des actions, les gestionnaires sont en mesure de les acheter à des prix très attractifs. Ce ne sont pas des décisions impulsives ou spéculatives. Il s’agit là de sociétés qu’ils suivent de près depuis des années et qu’ils ont évaluées dans un cadre cohérent.

Depuis le début de la pandémie, nos gestionnaires ont reconsidéré le risque de leurs actifs à la lumière de la nouvelle réalité imposée par la Covid-19. Ils ont évalué lesquelles des entreprises sont exposées à des effets économiques négatifs à long terme. Leur processus de décision détermine la faculté de chaque entreprise à s’adapter aux nouvelles circonstances économiques et sociétales résultant de cette crise. En conséquence, certaines ventes ont été réalisées pour générer des liquidités qui seront déployées dans des entreprises ayant un profil de risque plus favorable. Cela dit, relativement peu d’actifs ont été vendus par nos gestionnaires, car leur philosophie d’investissement était déjà orientée vers des entreprises de haute qualité qui ont tendance à être plus résistantes face aux obstacles économiques.

Les investissements spéculatifs doivent être évités. En effet, la spéculation constitue une autre forme de jeu de hasard. Elle peut créer une dépendance et être nuisible, tant aux spéculateurs qu’aux autres acteurs du marché. La spéculation ne consiste pas seulement à parier sur des investissements, elle peut également entraîner une fuite vers la sécurité qu’inspire l’argent liquide. Personne n’est en mesure de prévoir les marchés de manière systématique. Le transfert vers l’argent liquide se produit généralement en réaction à la panique et implique par conséquent la réalisation de pertes. Le risque décisionnel augmente maintenant considérablement, car une seconde décision doit être prise : à quel moment revenir sur le marché ? Cette étape est la plus difficile à franchir, car la peur est souvent présente bien après que le marché ait rebondi. Lorsqu’une personne est psychologiquement en mesure d’accepter un retour à l’investissement, elle a probablement déjà raté l’étape la plus importante de la reprise du marché et a donc prolongé le temps dont elle aurait eu besoin pour récupérer les pertes subies lorsqu’elle s’est réfugiée dans l’argent liquide.

Il n’y a pas de réponse parfaite à savoir comment, où et quand investir dans le contexte actuel. Cependant, il existe des critères de base pour éviter d’investir avec émotion : ne pas spéculer et investir sagement. Bien entendu, compte tenu de l’incertitude omniprésente et du caractère imprévisible de la pandémie actuelle, il n’existe aucune garantie quant au résultat d’une quelconque décision d’investissement. Néanmoins, comme dans tout aspect de la vie, de meilleurs résultats devraient découler de décisions réfléchies non motivées par la peur ou l’exubérance.