Intelligence artificielle et investissement – Mythe ou réalité ?

Intelligence artificielle et investissement – Mythe ou réalité ?

Jean-Michel Charette, Directeur stratégie d’investissements et innovation

jean-michel.charette@bluebridge.ca

Phénomène à la mode ou changement de paradigme, l’intelligence artificielle (IA) prend de plus en plus d’ampleur dans le milieu des investissements. Une vigie de l’évolution des marchés au fil des ans permet de constater une utilisation de plus en plus importante de l’IA par les gestionnaires de portefeuille. Mais qu’en est-il en réalité ?

Au début de la décennie, plusieurs fonds d’investissement ont investi d’importantes sommes pour tester l’IA dans de nombreuses stratégies. Résultat des courses : peu convaincant. En effet, la grande majorité des résultats n’étaient guère plus intéressants que ce que de simples régressions linéaires pouvaient offrir. À noter cependant que les gestionnaires testant l’IA à l’époque étaient surtout des gestionnaires quantitatifs avec les poches profondes, qui devaient trouver des modèles plus performants que leur modèle actuel, généralement tout aussi complexe et complet. Mais comme c’était à la mode d’être innovant et que ce thème était sur toutes les lèvres c’est pourquoi certains fonds ont promu l’utilisation de l’IA. En réalité, les modèles utilisés étaient beaucoup plus près de leur façon de faire historiquement que ce qu’ils laissaient sous-entendre dans leur présentation marketing. Le thème de l’IA était un peu galvaudé, similaire à ce qui se produit pour l’ESG ou ce qu’on appelle le greenwashing, mais ne nous égarons pas.

En réalité, le premier impact plus universel de l’IA en investissement s’est produit du côté opérationnel. Notamment au niveau de l’exécution des transactions, l’IA et plus particulièrement la branche de l’apprentissage profond a pondu des résultats rapides, probants et utiles. En conséquence, cela a permis une efficacité opérationnelle pour les entreprises utilisant ces techniques ainsi qu’une réduction des coûts. Malheureusement, cette portion n’est généralement pas ou peu significative pour la majorité des investisseurs, la poussée de l’intelligence artificielle peut se rendre plus loin et avoir une plus grande portée selon certains.

Pour que l’IA ait une plus grande influence, les chercheurs se sont vite rendus à l’évidence le nombre de données doit être plus substantiel. Heureusement, l’avènement des données de masses (big data) est venu propulser l’utilité de l’IA en investissement à un niveau supérieur. En contrepartie, les données disponibles sont encore peu nombreuses (relativement parlant) et s’échelonnent sur un laps de temps plutôt court. Il faut comprendre que pour fonctionner au meilleur de son potentiel la machine doit tester le plus de scénarios possibles et imaginables et apprendre de ceux-ci. Jusqu’à ce jour, les stratégies les plus performantes sont celles où les données sont importantes et de qualité.

Chez Blue Bridge, plusieurs de nos gestionnaires utilisent l’IA lorsqu’approprié et plutôt en soutien à leur stratégie. Ce n’est généralement pas le moteur principal, à quelques exceptions près. Par exemple, pour une stratégie nouvellement ajoutée au portefeuille de nos clients discrétionnaires, une stratégie où les données sont nombreuses et où la machine peut apprendre de ces essais de manière rapide et exponentielle. Ce type de stratégie offre des résultats qui sont jusqu’à présent à la hauteur des attentes.  Donc bien que toujours vigilant, nous pouvons affirmer qu’aujourd’hui, l’intelligence artificielle est bel et bien devenue une réalité dans le monde de l’investissement et que de grandes découvertes restent encore à faire.