Point de vue

Perspectives 2022 – la fuite en avant…


Alain E. Roch, MBA

Président et chef de la direction

Alain.Roch@bluebridge.ca

Roulement de tambour…  2021 a été une année fantastique pour les marchés boursiers. La gestion draconienne de la pandémie, avec ses couvre-feux, ses restrictions, le télétravail et les fermetures d’entreprises, n’a pas atteint la sphère boursière. À en croire les indices un peu partout dans le monde, l’économie va très bien. La reprise est impressionnante et les entreprises font des bénéfices inattendus. Les États-Unis sont d’ores et déjà revenus à leur niveau de PIB prépandémique. Pour 2022, tant en Europe qu’au Canada, on s’attend à une croissance supérieure à 4 %. C’est exceptionnel, historique selon certains, mais est-ce réaliste?

Vous le vivez au quotidien, plusieurs pans de l’économie sont durement frappés par cette pandémie incontrôlable. L’industrie touristique, les transports, les loisirs, les restaurants, etc. sont sur respirateurs artificiels. Les matières premières manquent et la main-d’œuvre a disparu. L’inflation frappe déjà durement et vous le constatez en faisant vos emplettes.

Le variant Omicron est certes plus contagieux, mais est-il moins dangereux? Moins dangereux pour la santé peut-être, mais qu’en est-il pour l’économie? La croissance mondiale va ralentir en 2022 et un scénario du pire n’est pas exclu sous l’effet d’Omicron, a prévenu la Banque mondiale. L’institution a révisé à la baisse sa prévision de croissance du PIB mondial pour 2022 à 3,9% voire 3,4%. « Le Covid-19 continue de faire des ravages, en particulier au sein de la population des pays pauvres« , a déploré David Malpass, son président, lors d’une récente conférence téléphonique, soulignant que l’on assistait à un « renversement troublant » de la réduction de la pauvreté, de l’amélioration de la nutrition et de la santé. « Je suis très inquiet de la cicatrice permanente que la pandémie va laisser en matière de développement », a-t-il ajouté. Si le variant venait à s’installer durablement, avec un nombre d’infections demeurant élevé et mettant sous pression les systèmes de santé, alors la croissance serait plus faible. Dans un tel scénario, les pénuries de main-d’œuvre s’accentueraient, perturbant ainsi davantage les chaînes d’approvisionnement mondiales et alimentant l’inflation. Face à une inflation galopante, la banque centrale américaine (Fed) pourrait remonter brutalement les taux, ce qui renchérirait le coût de l’emprunt. Dans ce scénario du pire, la grande partie du choc se ferait sentir au premier trimestre 2022, suivi vraisemblablement d’un rebond notable au deuxième trimestre, le tout dans l’attente d’un éventuel nouveau variant…

Dans ces circonstances, comment investir en 2022?

  • Rester en cash? Cette « stratégie » nous assure une perte de 4-5% due à l’inflation ;
  • Renforcer la diversification de son portefeuille ;
  • Préférer les actions aux obligations et faire preuve de sélectivité dans le crédit. En effet, les actions semblent mieux placées que les obligations pour digérer une flambée inflationniste et une remontée des taux d’intérêt ;
  • Ajuster son exposition en faveur des segments les plus exposés à la reprise cyclique qui se poursuit et qui sont mieux protégés contre les pressions inflationnistes ;
  • Favoriser les placements alternatifs : les investissements réels, tangibles, comme l’immobilier, les terres agricoles et constructibles, la forêt, etc. représentent une source de diversification essentielle. En outre, les actifs liés aux infrastructures bénéficient des dépenses publiques massives.

À bon entendeur, santé!

...

Par ALAIN E. ROCH, MBA

24/01/2022

Articles qui pourraient vous intéresser

...

Fondation Blue Bridge

27/04/2022

Guerre en Ukraine : comment aider ?

...

Investissements

27/04/2022

Transition énergétique accélérée en temps de guerre

...

Point de vue

27/04/2022

Relations internationales et marchés boursiers

...

Investissements

24/01/2022

Retour sur la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26)

...

Investissements

24/01/2022

Un air de «déjà-vu»

...

Investissements

07/12/2021

Inflation, le sujet du moment