Les Family Offices et la gestion de patrimoine personnalisée

Les Family Offices et la gestion de patrimoine personnalisée

Alain E. Roch

Alain E. Roch, MBA

Président et chef de la direction

Alain.Roch@bluebridge.ca

Depuis longtemps, les familles fortunées d’Europe et des États-Unis mettent sur pied des organisations entièrement dédiées à la gestion de leurs avoirs : les Family Offices. Autrefois peu présentes au Québec, ces organisations spécialisées en conseil patrimonial font progressivement leur apparition au sein de l’écosystème financier québécois.

La gestion de fortunes familiales importantes génère des besoins souvent plus complexes que la gestion patrimoniale classique. Une partie significative de leur capital sous gestion est généralement composée d’actifs illiquides, entre autres de biens immobiliers nécessitant un suivi administratif et opérationnel continu. Les Family Offices peuvent également administrer la succession d’une famille ainsi que ses activités philanthropiques, ce qui demande des services de fiscalité spécialisés.

Les familles se regroupent

La mise sur pied d’une organisation entièrement dédiée à une seule famille requiert une fortune colossale pour que le jeu en vaille la chandelle. Les importants coûts fixes liés à l’embauche de personnel et à l’achat de services professionnels divers ont depuis longtemps amené des familles à regrouper leurs activités de gestion patrimoniales sous un même toit, les multi-Family Offices. C’est cette catégorie d’institution qui a connu la plus forte croissance au Québec au cours des 20 dernières années.

Un family office est avant tout une organisation qui conseille ses clients. Le rôle de ses professionnels est de sélectionner, surveiller et analyser les produits disponibles ainsi que les occasions émergentes, tout en évaluant les meilleures options pour ses membres. C’est aussi l’une des principales caractéristiques distinguant le Family Office des autres institutions financières; il ne vend pas de produits financiers, il les sélectionne, les analyse et les propose à ses clients.

Finalement, la croissance du marché de la gestion de patrimoine se fait en parallèle avec celle d’une classe entrepreneuriale très mobile. Un Family Office doit être en mesure de gérer les actifs et la succession de familles dont les membres se trouvent un peu partout sur la planète. Ce dernier élément constitue d’ailleurs un atout pour Montréal, ses professionnels du droit étant familiers avec le droit civil et le Common Law, les deux principaux systèmes juridiques en vigueur dans le monde.

Une offre adaptée

  • Un Family Office vise à créer de la valeur pour ses clients en les accompagnant dans la réalisation de leurs objectifs à travers des solutions innovantes, performantes et humaines.
  • Un Family Office ne vend pas ses propres produits; il sélectionne, coordonne, conseille, surveille, analyse, évalue, etc.
  • Même si un Family Office s’appuie sur un réseau d’experts externes, il doit compter parmi ses employés des analystes financiers certifiés CFA, des avocats, des comptables. Et s’il a l’ambition légitime de coordonner la planification patrimoniale de ses clients, il doit pouvoir compter sur des fiscalistes et des spécialistes des fiducies, cet instrument de planification patrimoniale multigénérationnel, normé, éprouvé, adaptatif et reconnu internationalement.

 

Article publié le 23 juin 2021 dans le journal Les Affaires- Dossiers partenaires