Investissement durable ; L’analyse ESG est insuffisante, vive l’analyse d’impact !

Investissement durable ; L’analyse ESG est insuffisante, vive l’analyse d’impact !

Alain E. Roch

Alain E. Roch, MBA

Président et chef de la direction

Alain.Roch@bluebridge.ca

La finance responsable est sur toutes les lèvres. Les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont une priorité de plus en plus incontournable pour les États et les épargnants. Mais cette appellation abrite plusieurs disciplines, aux stratégies et aux résultats très différents. La plupart des gestionnaires proposent de tenir compte des critères ESG en parallèle des paramètres classiques dans le processus d’investissement. Cependant, ce type d’analyse s’avère déjà insuffisant, compte tenu de la nature des enjeux sociétaux contemporains. Une forme plus rémunératrice d’investissement durable consiste à trouver des entreprises qui se bâtissent un avantage compétitif en intégrant un objectif spécifique de durabilité au cœur du processus d’investissement. Cet investissement à impact répond généralement à des problématiques sociales et contribue positivement au développement durable. À la différence de l’investissement socialement responsable, et de l’investissement ESG qui en dérive, qui consistent principalement à exclure les placements indésirables, l’Impact Investing a pour but de produire activement un résultat positif mesurable.

De plus en plus, les épargnants visent plus que des rendements financiers: ils souhaitent être acteurs du changement.

L’analyse ESG détermine comment une entreprise gère les impacts négatifs de ses activités. Un score ESG élevé nous indique qu’une entreprise déploie des efforts pour réduire ses impacts et établir de saines pratiques en environnement, du côté social et en gouvernance. Mais l’analyse ESG ne révèle pas si cette organisation à un impact positif sur la société. Ainsi, une entreprise peut obtenir un score ESG élevé et n’avoir aucune contribution positive au développement durable! Comme le souligne Diane Bérard dans son article « Investissement: l’analyse ESG est-elle dépassée? », c’est le cas par exemple de la firme Unilever, une des valeurs les plus sûres du Dow Jones Sustainability Index (DJSI).

L’investissement d’impact est une façon de comptabiliser à la fois les efforts de réduction des risques ESG (grâce à de bonnes pratiques) et la contribution positive d’une entreprise au développement durable (DD). On incarne généralement le développement durable à travers les 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Ainsi, une entreprise dont les produits et services contribuent à l’atteinte d’un ou plusieurs des ODD accumule des points pour le score d’impact.

Les objectifs de développement durable développés par l’ONU nous donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous. Ils répondent aux défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice. Les objectifs sont interconnectés et, pour ne laisser personne de côté, il est important d’atteindre chacun d’entre eux, et chacune de leurs cibles.

Agriculture durable, énergies renouvelables, logement, santé, éducation, etc., le marché des investissements à impact continue de croître et de mûrir. L’ONU estime que les investissements annuels devraient atteindre 5 à 7 milliards d’USD, dans tous les domaines, pour parvenir à concrétiser les ODD partout dans le monde. Seulement dans les pays en développement, il manque néanmoins encore quelque 2,5 milliards d’USD d’investissements par an. Ce déficit ne peut être comblé que si les capitaux privés sont mobilisés. À peine 2,7 % de la fortune sous gestion à ce jour dans le monde suffirait à alléger sensiblement la pauvreté et les inégalités. À bon entendeur…

 

Bibliographie

Jennifer Wu, « L’impact des critères ESG sur les portefeuilles », allnews, 30 octobre 2019

Diane Bérard, « Investissement: l’analyse ESG est-elle dépassée? », Les Affaires, 31 juillet 2019

Peter A. Fanconi, « Un monde meilleur grâce à l’impact investing », AGEFI, 27 mai 2019