Blue Bridge réagit au Journal de Montréal et à TVA Nouvelles – Aucune fortune dissimulée

Blue Bridge réagit au Journal de Montréal et à TVA Nouvelles – Aucune fortune dissimulée

Alain E. Roch

Alain E. Roch, MBA

Président et chef de la direction

Alain.Roch@bluebridge.ca

Suite à la parution dans le Journal de Montréal du 26 novembre 2019 de l’article de Monsieur Jean-François Cloutier, Blue Bridge souhaite corriger certaines affirmations.

Après plus d’une heure et demie d’entretien entre Monsieur Roch et Monsieur Cloutier, Blue Bridge s’interroge sur le fait que l’article de celui-ci contienne autant d’insinuations et de raccourcis pouvant donner une impression erronée de la réalité de Blue Bridge et de ses clients.

Légitimité des opérations

La légitimité du modèle d’affaires de Blue Bridge, family office et gestionnaire de portefeuille autorisé par l’Autorité des marchés financiers du Québec (« AMF »), tant au niveau légal que fiscal, est clairement établie et n’a pas à être remise en question. Blue Bridge s’acquitte de toutes les obligations lui incombant pour toutes les entités qu’elle administre, en toute transparence.

De plus, Blue Bridge est assujettie à des audits annuels externes réglementaires requis dans le cadre de ses opérations. Ces audits confirment année après année la légitimité complète de ses processus et contrôles.

Respect des lois fiscales

Le Canada et le Québec ne sont pas des paradis fiscaux comme semble prétendre le Journal de Montréal et TVA Nouvelles. Depuis sa constitution, Blue Bridge s’est toujours assurée que les actifs et les revenus des structures qu’elle administre soient fiscalisés au Canada. Chacune des fiducies administrées par Blue Bridge est résidente fiscale canadienne et est domiciliée au Québec. Ces fiducies acquittent toutes, comme il se doit, annuellement et sans exception, des impôts au taux marginal de 53,31% sur leurs revenus mondiaux auprès de l’Agence de Revenu du Canada et de Revenu Québec.

Attrait canadien

La majorité des patrimoines fiduciaires administrés par Blue Bridge est composée de capitaux n’ayant pas été constitués au Canada. Les raisons sous-jacentes au transfert de ces capitaux au Canada, en sus de la réputation de Blue Bridge comme gestionnaire de portefeuille, incluent notamment la qualité de l’environnement d’investissement au Canada et la stabilité politique, fiscale et financière du pays.

Recours devant la Cour fédérale

Le recours judiciaire actuellement devant la Cour fédérale et initié à la demande de Blue Bridge, concerne des demandes d’informations françaises pour certaines fiducies administrées par Blue Bridge. L’objectif recherché par Blue Bridge est de faire valoir la primauté du droit canadien, incluant entre autres les lois sur la protection des renseignements personnels, la législation fiscale canadienne ainsi que la convention fiscale signée et ratifiée par le Canada et la France.

En résumé, Blue Bridge respecte les obligations fiscales domestiques et internationales qui lui incombent, s’assujettit aux obligations d’échange d’informations financières, tout en faisant valoir les droits de ses clients. Nous le faisons depuis des années et continuerons à le faire.