La prolifération des fonds négociés en bourse

La prolifération des fonds négociés en bourse

lowres_3704_09-16-Jean-Michel-2

Jean-Michel Charette, M.Sc, CFA

Analyste sénior

jean-michel.charette@bluebridge.ca

La prolifération des fonds négociés en bourse

Dans le monde de l’investissement comme dans tout autre domaine, il y a une évolution normale au fil du temps. L’innovation permet à l’occasion des changements plus drastiques, bien qu’en général le tout se fasse en douceur. En ce qui concerne le sujet du jour, les fonds négociés en bourse, la progression a été assez lente au départ et exponentielle par la suite. Les premiers FNB sont apparus au début des années 1990, mais leur multiplication rapide n’est que très récente. Commençons tout d’abord par une définition des fonds négociés en bourse (FNB ou mieux connu sous son équivalent anglophone ETF). Les FNB sont comme les fonds mutuels, SICAV, UCITS et autres fonds, donc des véhicules de placements détenant des instruments financiers de toutes sortes (actions, obligations, produits dérivés). La différence la plus marquante provient du fait que ces fonds, contrairement aux autres, sont négociés à la bourse, donc disponible pour l’achat et la vente à tout moment durant les heures d’ouverture de la bourse sur laquelle ils sont inscrits.

Il existe plusieurs types de FNB. Contrairement à la croyance populaire, les FNB ne sont pas nécessairement des investissements de type passif, c’est-à-dire répliquant un indice boursier. Par contre, la majorité d’entre eux le sont. Puisque ce n’est généralement pas compliqué de répliquer et copier un indice, les frais de ces fonds sont peu élevés. La caractéristique principale des FNB est leur excellente liquidité, c’est pourquoi il n’y a pas vraiment de fonds qui détient des instruments moins liquides. De plus, bien qu’il soit possible que des gestionnaires actifs aient des FNB comme véhicule de placement, ce n’est pas très populaire puisque les FNB sont vus comme des fonds peu coûteux au niveau des frais de gestion.

Une tendance lourde en ce moment, les FNB basés sur des stratégies quantitatives utilisant certains facteurs ayant bien performé lors de différentes périodes de l’histoire. Ces FNB sont, en quelque sorte, un mixte entre investissements passifs et actifs. Ils sont passifs dans le sens où il n’y a pas d’éléments d’analyse qualitatifs dans leur construction et actifs dans le sens où leur stratégie est différente des grands indices reconnus. Il est d’ailleurs intéressant d’utiliser ces FNB dans le cadre d’une gestion de portefeuille tactique globale afin de profiter de certaines anomalies ou inefficiences temporaires des marchés à travers le monde. En fin de compte, les FNB peuvent être utiles dans un contexte de gestion active globale et sont très accessibles étant donné leur liquidité supérieure. Pour de plus amples discussions sur ce sujet, n’hésitez pas à contacter notre équipe.