L’heure de la retraite a sonné, retroussons-nous les manches!

L’heure de la retraite a sonné, retroussons-nous les manches!

Fanny Deschamps

Responsable marketing et communication

fanny.deschamps@bluebridge.ca

Les questions d’argent entre athlètes sont tues ou chuchotées à demi-mot. Égaux devant l’effort soutenu et le dépassement de soi, les athlètes ne le sont pas devant les revenus : la popularité du sport, le coût relié à sa pratique, l’intérêt des commanditaires… à cela s’ajoutent un ensemble de facteurs liés à la gestion de l’argent, comme une méconnaissance souvent partagée de la gestion des revenus, des pratiques d’investissement, de la fiscalité et de la couverture des risques dans l’exercice de leur sport ici ou ailleurs. Alors que le temps est la plus précieuse denrée de ces athlètes de haut niveau, ces réflexions, tout comme celles portant sur la reconversion, sont reportées au lendemain. La clé est alors de savoir s’entourer de spécialistes.

Alexandre Bilodeau, double champion olympique et ambassadeur de Blue Bridge, y croit fermement, puisqu’il a testé cette recette avec succès.

Se basant sur son expérience, il donne des conseils aux athlètes au firmament de leur carrière. Voici ses réponses à nos questions.

À quel moment faut-il songer à son après-carrière sportive?

Alexandre : Encouragé par ma famille, j’ai toujours étudié en parallèle et je me suis appuyé sur un plan B. Pour moi, c’est un incontournable, car on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve : il est difficile de percer et encore plus difficile de rester au sommet. Une fois le moment arrivé, il faut avoir les reins solides financièrement pour reprendre des études.

Comment t’es-tu préparé?

Alexandre : Cela demande du courage et de la persévérance. Force est d’admettre qu’il est très difficile de concilier entraînement et études; les journées débutent tôt, sont éprouvantes et se terminent tard. Dans ces conditions, il n’est pas facile de trouver le courage d’ouvrir un livre de cours et d’étudier plutôt que de regarder une série à la télé. Mais le jeu en vaut la chandelle. Notre esprit sportif nous aide à maintenir cette discipline et cet engagement. J’ai eu la chance de compter sur le soutien familial, avec mon père qui m’a donné de bonnes fondations, et j’ai très vite été conscientisé aux enjeux. J’ai choisi une formation qui me permettrait de me réaliser dans mon sport et de progresser tout en évoluant dans mon parcours d’études.

En matière de couverture d’assurance et de gestion de patrimoine, quelles sont les précautions à prendre?

Alexandre : Pour les assurances, cela dépend toujours des risques que nous sommes prêts à prendre, non seulement dans la pratique du sport, mais aussi dans les déplacements à l’étranger et pour la santé et l’avenir. Je ne suis pas un spécialiste et je pense qu’il faut savoir poser ces questions à un expert, ou mieux, trouver un spécialiste qui pose les bonnes questions. Pour ce qui est de la gestion de patrimoine, même scénario : les athlètes veulent être les meilleurs dans leur sport, tant à l’échelle nationale que mondiale. Même si nous avons une certaine attirance pour le monde des investissements, nous n’avons certainement pas le temps et les connaissances pointues nécessaires pour nous en occuper nous-mêmes. Des experts existent et il faut savoir compter sur eux, sans quoi on peut commettre des erreurs regrettables.

Pour moi, me décharger de cela m’a permis de concentrer mon énergie sur ce qui primait pour moi : gagner.

Pourquoi as-tu accepté de te joindre à Blue Bridge comme ambassadeur à l’occasion de cette conférence et des initiatives qui suivront?

Alexandre : Parce que l’argent est un sujet tabou entre les sportifs. Personne n’en parle, les inégalités sont importantes et tout le monde est gêné d’en parler. Au contraire, je suis convaincu qu’il faut en parler pour donner des outils, poser les bonnes questions et offrir la paix d’esprit aux athlètes. La prise de conscience commence à émerger, et c’est avec des initiatives comme celle de Blue Bridge que l’on peut faire avancer les choses.

Il ne faut pas céder à la tentation de remettre sa planification de retraite au lendemain, car demain est aléatoire et il peut arriver plus vite que prévu, à la suite d’une blessure ou d’une déconvenue.

Les athlètes peuvent compter sur un réseau de spécialistes qui les aideront à gérer au mieux leurs affaires et à faire fructifier leurs acquis, pour qu’ils puisent soit se concentrer sur leurs sports en toute quiétude, soit entamer une autre phase de leur vie en toute sérénité. Blue Bridge s’est donné la mission d’éduquer, de conseiller et d’accompagner ces athlètes.

Et Alexandre de conclure : « Seul, on va vite (et parfois on se plante), mais ensemble, on va loin. »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1064381/ski-acrobatique-alexandre-bilodeau-finances-sport

http://www.conseiller.ca/nouvelles/gerer-son-argent-quand-on-est-un-athlete-64605

http://www.985fm.ca/extraits-audios/sports/53124/olympise-lex-champion-olympique-alexandre-bilodeau-nous-parle-de-son-aprs-carrire