La Passion…le moteur d’une vie

La Passion…le moteur d’une vie

Capture

Georges Brossard

Entomologiste, mais surtout un homme passionné.

1940-2019

Blue Bridge Magazine a rencontré Georges Brossard, célèbre entomologiste québécois et fondateur des Insectariums de Montréal et Shanghai.  Un homme qui toute sa vie a été porté par sa passion pour les insectes et la nature, et qui sait partager avec les autres son enthousiasme communicatif…

Avez-vous remarqué que certaines personnes sont «atteintes» de passion de façon quasi maladive alors que d’autres ne le seront jamais.  Mais d’où vient donc la passion ?  Certains me diront qu’elle origine de l’intelligence.  Pourtant, je connais une multitude de gens passionnés qui se déclarent eux-mêmes plus ou moins intelligents.

Si ce n’est l’intelligence, la scolarité pourrait-elle expliquer ce fait ?  Là encore, personne n’a jamais fait le lien entre diplômes et passion et les exemples d’anciens cancres devenus artisans de leur propre succès prouvent qu’aucun pronostic n’est possible en la matière !  Alors, à défaut d’intelligence ou de scolarité, la passion pourrait-elle alors n’être issue que des circonstances de la vie ?  Pas du tout !

En fait, je l’ai constaté, c’est souvent dans le cœur d’un enfant que nait la passion.  Et oui, dans le cœur de tout homme, de toute femme, il y a des forces créatrices qui sommeillent, des forces innées, génétiques, instinctives, impératives et qui se manifestent à cet âge par le rêve.  Le rêve, quelle force incroyable !  Quel atout époustouflant dans le jeu de la vie ! Le rêve, c’est la différence fondamentale entre l’humain et les autres animaux.  L’animal lui n’est qu’instinctif alors que l’humain lui possède en plus de l’instinct …le rêve ! Et oui, l’humain a cette capacité de rêver, d’être motivé par le rêve.

Mais hélas, trop souvent, ces forces vives sises au cœur de l’enfant sont étouffées très tôt à l’école de la vie par les pressions familiales, sociales, économiques, matrimoniales, culturelles et ne deviennent plus que murmure. On commence très tôt à tuer le rêve chez l’enfant. Combien de professeurs par exemple vont intervenir directement  auprès d’un enfant surpris en flagrant délit… de rêver !

Chez beaucoup d’humains ces rêves enfantins vont persister sous forme de murmure comme si cette richesse intérieure ne voulait pas perdre toute acuité. C’est ce qui explique pourquoi à l’âge de la maturité, précoce ou avancée, certains humains ont un sursaut de motivation. Ils redécouvrent leurs rêves, leur passion ; ces forces vives dissimulées dans leur cœur d’enfant et à nouveau, elles sont source de décisions, d’orientations nouvelles, d’émotion, de réalisations, d’achèvement, d’entrepreneuriat et de passion à l’état pur ! Quel changement ! Quel résultat ! Quelle métamorphose !

Et oui, il est facile de le constater. Combien d’humains n’obéissent plus à ces forces vives en les oubliant, en les faisant taire, en ne leur accordant plus une attention régénératrice ! Quelle perte ! Quel enfer ! Regardons nos vies d’un nouvel angle. Que de pressions, contestations, oppositions, frustrations, étouffement, peines et insécurité. Regardons ce qui nous est imposé ! Beaucoup de gens ne font jamais ce qu’ils comptaient faire, ce qu’ils voulaient faire de leur vie. C’est toujours un second choix : une alternative, une panacée et pour eux, c’est imposé, accidentel, circonstanciel, comme si leur vie était guidée sournoisement mais irrésistiblement par la mode ! Et en conséquence, ces gens sont surpris de ne pas performer, de ne pas réussir et pire encore de ne pas être heureux.

La passion a le pouvoir de créer un nouveau savoir chez l’homme. Ce savoir nouveau le qualifie avantageusement parmi ses semblables. Savoir ce que tout le monde sait équivaut à ne rien savoir. La passion a aussi ce pouvoir de réconcilier l’humain avec lui, et même avec les autres. La passion est une émotion puissante qui domine la raison et qui pousse l’humain à réaliser ses rêves les plus chers, les rêves de son cœur d’enfant.

Saint Augustin avait bien raison lors qu’il déclarait à ses disciples : « Celui qui se perd dans sa passion a moins perdu que celui qui a perdu sa passion.» »